Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2010

L’enterrement mouvementé de Gustave Flaubert

Gustave Flaubert s’est éteint à son domicile de Canteleu près de Rouen, au Hameau de Croisset, le 8 mai 1880, victime d’une hémorragie cérébrale. Il avait 59 ans.

G FLAUBERT.jpg

                                Portrait de Flaubert par E. Giraud - 1867

gfdeces.gif

Le 11 eut lieu son inhumation au cimetière monumental de Rouen en présence des plus grands hommes de lettres du moment : Guy de Maupassant, Alphonse Daudet, Edmond de Goncourt ou encore Emile Zola à qui l’on doit le récit de cet enterrement dont voici quelques extraits :

« Notre bon et grand Flaubert semblait venir à nous, couché dans son cercueil… Daudet et moi, nous nous étions rangés au bord du chemin, sans une parole, et très pâles. Nous n’avions pas besoin de parler, notre pensée fut la même, quand les roues du corbillard nous frôlèrent : c’était le « vieux » qui passait ; et nous mettions dans ce mot toute notre tendresse pour lui, tout ce que nous devions à l’ami et au maître… La sortie de l’Eglise… Le cortège a redescendu la côte de Canteleu. La tombe de Louis Bouilhet se trouve à côté du tombeau de la famille de Gustave Flaubert, et le corps du romancier a du passer devant le poète, son ami d’enfance, qui dort là depuis dix ans… Et, alors, s’est passé un fait qui nous a tous bouleversés. Quand on a descendu le cercueil dans le caveau, ce cercueil trop grand, un cercueil de géant, n’a jamais pu entrer. Pendant plusieurs minutes, les fossoyeurs, commandés par un homme maigre, à large chapeau noir, un figure sortie de Han d’Islande, ont travaillé avec de lourds efforts ; mais le cercueil, la tête en bas, ne voulait ni remonter ni descendre davantage, et l’on entendait les cordes crier et le bois se plaindre. C’était atroce ; la nièce que Flaubert a tant aimée sanglotait au bord du caveau. Enfin, des voix ont murmuré : « Assez, assez, attendez plus tard. » Nous sommes partis, abandonnant là notre « vieux » entré de biais dans la terre. Mon cœur éclatait. »

tombe.jpg

Edmond de Goncourt écrira le 14 mai suivant « Oh ! Le triste et navrant enterrement qu’au eu mardi Flaubert ! » Il rapportera également ce détail qui peint Daudet « Ce matin (11 mai), il venait à peine de s’asseoir en chemin de fer, quand Heredia le voit mettant gravement ses gants noirs. Se voyant regardé, Daudet de rire : « Déjà ? Ça vous étonne, hein ? Mais voilà, pour moi, le chemin de fer, c’est la partie de plaisir, la joie des vacances… et ces gants noirs sont chargés de me rappeler où je vais. » 

Commentaires

Je vous approuve pour votre recherche. c'est un vrai boulot d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.