Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2010

La girouette, un héritage des Vikings !

Au sommet des clochers de nos églises normandes, une girouette ornée très souvent d’un coq vigoureux, nous indique la provenance du vent.

Girouette 1.jpg

Mais saviez-vous que le mot girouette vient du vieux normand « wire-wite », expression provenant du norrois « veor-viti » que l’on peu traduire par « qui montre le temps » et qui aurait été introduite chez nous par les vikings ?

Et saviez-vous aussi que ce n’est pas le Coq Gaulois, emblème païen considéré officieusement comme un symbole national de la France,  qui figure au sommet de nos clochers, mais le Coq des Evangiles ? On ignore cependant l’origine de cette tradition qui remonte au moins au IXe siècle puisque le plus ancien coq de clocher connu,  qui se trouve à Brescia en Italie, date de cette époque.

Les Romains se moquaient des Gaulois qu’ils considéraient comme de vulgaires coqs de basse-cour, oiseaux braillards et vantards, et comme en latin, le mot « gallus » signifie à la fois gaulois et coq... C’est par esprit de contradiction que les Français vont reprendre à leur compte cette image en mettant en avant cette fois le caractère fier de cet animal. Dès la Renaissance, le coq va symboliser la Nation Française naissante et sous le règne des Valois et des Bourbons, l’effigie des Rois est souvent accompagnée de cet animal censé représenter la France dans les gravures comme sur les monnaies.

Coq_gaulois.jpg

Pour les chrétiens, le coq est l’emblème du Christ. Signifiant lumière et résurrection, il symbolise l’intelligence venue de Dieu. De même que le coq annonce l’arrivée du jour après la nuit, le chrétien attend le jour où le Christ reviendra, l’arrivée du bien après le mal. C’est sûrement en vertu de ce pouvoir qu’une représentation de ce volatile orne les clochers de nos églises. D’ailleurs, au Moyen-Âge, le coq symbolise le prédicateur qui doit réveiller ceux qui se dont endormis…

COQ DE ST-PIERRE.jpg

                                         Le Coq de Saint-Pierre

Une autre hypothèse est cependant avancée, liée à l’histoire de Saint-Pierre qui, selon l’Evangile, aurait renié Jésus trois fois avant que le coq chante deux fois. Le coq, témoin de la trahison de Pierre, serait placé sur les clochers pour rappeler aux hommes leur faiblesse. A noter que le coq est un attribut récurent de ce Saint.

08:07 Publié dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Je vous approuve pour votre recherche. c'est un vrai charge d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.