18/05/2011

La "caféolette" du normand Descroizilles

La première cafetière bouilloire, apparue vers 1700, s’appelait « marabout » (de l’arabe « murabit »). De louis XIV à Napoléon III, la cafetière ne va guère changer de forme mais les détails de son décor et son matériau vont varier : argent ou métal argenté, faïence ou porcelaine, cuivre ou fer. Sous Louis XV, la cafetière est dotée d’un réchaud pour préparer soi-même à table le café dont on avait grillé les grains à la cuisine. Et pendant longtemps, coexistèrent deux types de cafetières : l’infusoire, qui permet de préparer le café «  à la chaussette », et la cafetière De Belloy, apparue après 1850, à panse renflée, où le café est filtré.

Cafetières.jpg

Mais, saviez-vous que cette dernière fut inventée en Normandie par un Normand ?

Le café est arrivé en Europe au XVIe siècle et, au départ, il a été considéré comme un médicament. On l’utilisait en infusion : on versait de l’eau très chaude sur le café moulu qui posait sur le fond de la tasse.

cafetiere 2.JPG

                                   Cafetière marabout en argent du XVIIIe siècle

En 1802, deux éminents chimistes, Jean Chaptal et Antoine de Fourcroy, rendent visite à leur ami François-Antoine Descroizilles, pharmacien à Rouen. Ce dernier leur présente sa dernière trouvaille, la « caféolette » : une cafetière faite de deux récipients superposés et séparés par un filtre. Sans le savoir, notre pharmacien normand vient de rendre un grand service aux amateurs de café ! Car, avec cette découverte, c’en est bien fini de l’insipide breuvage que l’on connaissait. A vrai dire, bien peu d’inventions ont été aussi simples dans leur principe et bien peu aussi ont rencontré un tel succès !

descroizilles.jpg

Pierre Antoine Henri Descroizilles est né à Dieppe (Seine-Maritime), le 11 juin 1751 d’une dynastie d’apothicaires dieppois. Après ses études, il arrive  à Rouen en 1778 avec le titre de « démonstrateur royal de chimie » et entre lui aussi dans la corporation des apothicaires. Suit alors une carrière de chimiste praticien. Notre homme est un inventeur. On lui doit nombre d’appareils et de procédés industriels, comme le perfectionnement du blanchiment par le chlore, l’alcalimètre, la possibilité de connaître la valeur vénale exacte des vins à distiller, mais aussi le phare à éclipses et… la cafetière à filtre !

Après sa disparition, à Paris, paroisse Saint-Roch, le 15 avril 1825, son invention sera reprise et perfectionnée par l’Archevêque de Paris, Jean Baptiste de Belloy à qui l’on doit le système de percolation du café.

 

cafetiere.JPG

                         Femme à la cafetière - P. Cézanne (1890-1895)

En Normandie autrefois, l’eau du café était remplacée par du calvados ! De nos jours, le café normand est nettement moins alcoolisé. On chauffe le calvados, on le flambe et on le verse sur le café sucré. On peut aussi ajouter un nuage de crème fraîche liquide et votre café « made in Normandie » est prêt !

Commentaires

Bonjour, je suis en pleine exposé sur la cafetière pour mon bac!!
et sachez que ça ma beaucoup aidé!!!!!!!!

Écrit par : MTiffanie | 24/02/2012

Ravie de vous avoir aidée et bonne chance à vous !

Écrit par : Cathy | 25/02/2012

Merci beaucoup
j' ai un grand exposé en technologie sur la cafetiere et sa m'aide beaucoup
mais avez vous la chronologie de la cafetiere ?

Écrit par : elena | 22/10/2013

Je vous applaudis pour votre recherche. c'est un vrai exercice d'écriture. Continuez .

Écrit par : invité | 12/08/2014

Je vous félicite pour votre recherche. c'est un vrai exercice d'écriture. Continuez .

Écrit par : invité | 12/08/2014

Écrire un commentaire