Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2010

Chanson nouvelle sur la malice des femmes…

Voici un exercice de paléographie destiné à vous faire sourire. Publié il y a quelques années par la Revue Française de Généalogie*, ce document avait été retrouvé  entre une contestation d’héritage et une reconnaissance de dette dans les minutes notariales de maître Aimé Golliet, notaire à Manigod (74). Je ne résiste pas à vous le proposer aujourd'hui !

  PALEO.JPG

 

Chanson nouvelle sur la malice des femmes

1-Rien de parfait dans la nature / les diamants ont leurs deffauts, / et quelque Tache défigure / Souvent les objets les plus Beaux / femmes vostre air, vostre visage / ont quelque chose de divin / mais vous avés ce qui gate l’ouvrage / l’Esprit malin.

2-Dans cette demeure Si belle / Si riche en fruits delicieux / et qui devoit estre eternelle / pour le premier de nos ayeux / le demon n’eut de l’Homme Sage / Jamais trompé L’heureux destin / Si de la femme il neut mis en usage / L’Esprit malin.

3-Vous fecondés (sic) en artifices / Esprits bizarres, et de travers / qui faites vos cheres délices / apouvoir tromper l’univers / Et vous cocquette. Si volages / qui Savés dupper les plus fins / Si trompe-t-on en vous donnant pour gage / L’Esprit malin.

4-Un mary credule, un bon homme / un trop aveugle adorateur / incessamment mord a la pomme / que luy offre un Sexe trompeur : Cequi S’est fait au premier age / Se fera encore jusqu’à la fin / La femme aura toujours pour appagnage (sic) : L’Esprit malin.

5-Dans lesprit une femme a telle / le depit, lenvie, ou l’amour : ou pour Se vanger la Cruelle / veut elle inventer quelque tour : voyés ce divin personnage / voyés luy pousser Son dessein / vous jUreriés quelle tient à Ses gages / L’Esprit malin.

6-Bien d’autre jolis Caractêres / honnorent le Sexe indiscret / devottes, prudes, et legeres / je pourrois luy lencer Ces traits / mais mafoy je crains trop Sa rage / car je connois bien Son venin / et je me tais Sans aigrir davantage / L’Esprit malin.

* RFG n°109 – Avril/mai 1997

  

Les commentaires sont fermés.