Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2010

Festival Normandie impressionniste - Eugène Boudin, le « roi des ciels »

A la fois normand d’origine, né à Honfleur, le 12 juillet 1824, et normand de cœur, ayant été élevé au Havre, considéré comme l’un des précurseurs du mouvement impressionniste et réputé pour son art de rendre les atmosphères qui lui vaudra son surnom de « roi des ciels », Eugène Boudin, fils de marin, ne s’éloignera jamais très longtemps de sa terre normande et des rivages de la Manche qu'il aime tant.  Toute son enfance sera marquée par les grands espaces de l’estuaire de la Seine, les vagues de la mer et le mouvement des grands voiliers.

eugene-boudin-1890.jpg

Eugène Boudin (1824-1898)

Amoureux de nos côtes, chaque été, il séjourne à Trouville et la représentation qu’il fera des citadins s’adonnant aux plaisirs des bains de mer contribuera largement à sa réputation de peintre.

E BOUDIN.jpg

"La plage de Trouville - Impératrice Eugénie" - 1863

Il aime aussi peindre les ports, surtout celui de Trouville dont la dimension le ravit. Parmi les onze tableaux présentés au Salon entre 1864 et 1869, neuf représentent le port de Trouville ! Il n’apprécie pas seulement le mouvement des bateaux mais  toute l’animation qui entoure ce commerce, avec une prédilection pour les marchés aux poissons. Il est aussi très attiré par les avant-ports où se distingue la mer au fond de la toile, quand les bateaux quittent le monde de la ville pour la pleine mer...

boudin_eugene_002.jpg

"Trouville - grève et rochers" - 1865

Son goût pour les paysages marins, qui donnent la primeur aux effets atmosphériques, aux mouvements de l’eau, aux dégradés des nuages et des brumes, lui impose de travailler rapidement, quasiment sur le vif. D’où l’aspect d’esquisse de la totalité de ses tableaux et de laquelle s’inspirent alors les impressionnistes. Il initiera d’ailleurs à cet art du paysage sur nature, à la peinture du plein-air, le jeune Claude Monet, rencontré en 1858, qui dira plus tard de lui « qu’il lui doit tout  »

E. BOUDIN 1.JPG

A sa mort, le 8 août 1898, Eugène Boudin laisse derrière lui plus de 4500 toiles qui lui valent aujourd’hui la réputation d’un des plus grands peintres de la lumière.

Commentaires

Je vous approuve pour votre éditorial. c'est un vrai exercice d'écriture. Développez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.