Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2010

Le Calvados

Pour dénommer les départements, les députés de l’Assemblée Constituante s’inspirent de leur position géographique. Ainsi, certains départements reçoivent des noms de mer ou de fleuve, des noms de montagne ou des noms de situations géographiques.

En Normandie, si pour le département d'Evreux, le nom de la rivière "Eure" s'impose sans trop de difficultés, pour le département de Rouen, on hésite beaucoup sur le nom de "Basse-Seine", comme pour celui d'Alençon qui va s'appeler dans un premier temps "Haute-Orne". Le département de Saint-Lô refuse catégoriquement le nom de "Cotentin" qui rappelle trop l'Ancien Régime détesté.

Quant au département de Caen, on hésite entre "Orne-Inférieure" ou "Basse-Orne", quand un député du tiers état, le général Félix de Wimpffen, avocat à Bayeux, propose celui de "Calvados", nom qui lui a été soufflé par une jeune Demoiselle Delaunay. C'est pour une fois l'enthousiasme général ! Le nom est adopté à la majorité pour le plus grand plaisir de la demoiselle qu’on surnomma dès lors  « Mademoiselle Calvados ». Quant à l'heureux avocat, il sera même comparé aux dieux qui firent sortir Vénus de la mer.

Wimpffen.jpg

Georges Félix de Wimpffen (1744-1814)

L’origine du nom « Calvados » reste cependant mystérieuse et à donné lieu à nombreuses suppositions.

Ainsi, on a longtemps cru que c’était un mot espagnol rappelant le naufrage en 1588 sur les rochers de la Côte Normande d’un des bateaux de l’Invincible Armada de Philippe II d’Espagne, le « San Salvador ». Ce navire aurait donné son nom aux dits rochers devenus donc les rochers de Salvador, nom qui se serait déformé en « Calvador » puis en « Calvados ». Mais les deux bateaux espagnols portant ce nom ont été détruits loin des côtes françaises !

PHILIPPE II.jpg

Le Roi Philippe II d'Espagne

Une autre explication, plus crédible, cette du professeur de linguistique R. Lepelley, s’appuie sur l’étymologie même du nom : « calva-dorsa », « dorsa » signifiant dos ou hauteurs et « calva » chauves ou dénudées. Il semble que le mot désignait donc à l’origine un secteur de la côte dépourvu d’arbustes. Cette hypothèse est corroborée par une carte du XVIIe siècle sur laquelle « Calvados » désigne deux portions de la falaise s’étendant sur 17 km entre Sainte-Honorine-des-Pertes et Saint-Côme-de-Fresné.

Par extension, l’appellation de ce secteur côtier s’est transmise au rocher situé au large de la côte du département auquel il a donné son nom, s’étendant au large du Bessin, non loin des communes d’Arromanches-les-Bains et d’Asnelles et qui ne se découvre plus uniquement que lors des grandes mariées. Les cartes du XVIIIe siècle montrent un long banc rocheux d’une dizaine de kilomètres, représentant un danger certain pour la navigation De nos jours, il n’est plus qu’un petit îlot de 400 mètres sur 1 km.

calvados_pays_auge.jpg

Le Calvados du Pays d'Auge

Quant à l’eau-de-vie du même nom, elle est attestée au XVIe siècle dans le journal de Gilles de Gouberville, gentilhomme du Cotentin, qui mentionne, en date du 28 mars 1553, la distillation du cidre en vue d’obtenir une eau-de-vie de bouche. La corporation des distillateurs d’eau-de-vie de cidre voit le jour en 1600.

signature.gif
Signature extraite des cahiers de G. de Gouberville

07:52 Publié dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.