Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2009

Austreberthe, une ch'ti en Normandie

En Normandie, « Austreberthe » fait certainement plus penser à la rivière du même nom qu’à la sainte ! Il faut dire que  Sainte-Austreberthe, originaire du Pas-de-Calais, n’est guère connue en dehors de notre belle province.

 

STE AUSTREBERTHE.jpg

Née à Thérouanne, vers 630, sous le règne de Dagobert Ier, elle prit le voile très jeune, entre au monastère du Port dans le Ponthieu, avant de fonder, dans la maison de ses parents, un autre monastère situé à Marconne dans l’Artois. Ce n’est qu’ensuite qu’elle devint la première abbesse de l’Abbaye de Pavilly fondée en 662  par Saint-Philibert, abbé de Jumièges. Elle y fit construire trois églises dédiées à la Vierge, à Saint-Martin et à Saint-Pierre. Ce monastère de femmes fut détruit par les Normands au IXe siècle puis reconstruit en 1090 pour des religieux bénédictins. Abandonnée en 1717, sa chapelle fut rachetée et rendue au culte en 1860. Elle a fait l’objet en 1934 d’une inscription au titre des monuments historiques.

Vitrail de la chapelle.jpg

Vitrail du Miracle des Loups - Chapelle du village d'Austreberthe

Sainte Austreberthe est réputée avoir accompli de son vivant de nombreux miracles dont  « le miracle des loups » : la Sainte et ses religieuses avaient l’habitude de blanchir les linges de la sacristie de l’Abbaye de Jumièges distante de quelques lieues de celle de Pavilly. Un âne avait été dressé pour transporter seul le linge d’un monastère à l’autre. Or, un jour, l’âne se retrouva face à face avec un loup qui se jeta sur lui et le dévora. Sainte Austreberthe apparut, réprimanda le loup et le condamna à remplir les fonctions dont sa victime s’acquittait auparavant. C’est ainsi que le loup accomplit jusqu’à la fin de sa vie sa tâche avec humilité et soumission. Sur le lieu de mort de l’âne, fut érigée, au VIIe siècle, une chapelle qui fut remplacée ensuite par une simple croix de pierre puis par un chêne nommé « chêne à l’âne »  dans lequel furent placées plusieurs statues de la Vierge.

Source et chapelle d'Austreberthe.jpg

Source et Chapelle d'Austreberthe

Un autre de ses miracles est à l’origine de son culte en Normandie : la source de la rivière qui porte son nom, située au sein d’une chapelle au cœur du petit village d’Austreberthe près de Pavilly, dont les eaux auraient des vertus curatives sur les impotents et les perclus. Sainte Austreberthe est également invoquée à Penly (Canton d’Envermeu) pour protéger contre les bêtes méchantes ou dangereuses et à Saint-Germain des-Essourts (Canton de Buchy) pour l’apaisement des fièvres.

Elle mourut à Pavilly, au début du VIIe siècle, âgée de 74 ans.

Sainte Austreberthe est fêtée le 10 février, aujourd’hui jour de la Saint-Arnaud

 

Biblio : « Les Saints qui guérissent en Normandie » d’H. Gancel – Editions Ouest-France -2006-2009.

Les commentaires sont fermés.