Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2009

Quand on se levait dès potron-jacquet...

« Il avançait pays, monté sur un criquet,

Se levait tous les jours dès potron-jacquet ».

(Grandval, « Poèmes de Cartouche », Chant VII,97)

 

Voilà une charmante expression tombée en désuétude. A l’origine, au XVIIe siècle, cela signifiait se lever tôt, dès l’aube.

Le « potron » est une déformation de « poitron », qui vient de « poistron », du latin vulgaire « posterio » dans lequel vous aurez reconnu « postérieur ».

Quant au « jacquet », dérivé du prénom Jacques, c'est le nom que porte traditionnellement en Normandie l'écureuil.

Ecureuil.jpg

Le « potron du jacquet », c’était donc… le derrière de l’écureuil.

« Se lever dès potron-jacquet » signifiait littéralement « dès que l’on voit poindre le derrière de l’écureuil ». En effet, ce petit animal est fort matinal et montre son derrière empanaché « dans la fraîcheur de l’aube naissante ».

A partir de 1835, lorsque les citadins ont remplacé les ruraux, les écureuils se faisant rares dans les villes, on a remplacé le « jacquet » par le « minet », plus familier mais tout aussi matinal.

Chaton.jpg

« Potron-jacquet » est donc devenu tout naturellement « potron-minet », qui avait l’avantage considérable d’avoir la même consonance.

Ainsi va notre langue …

Les commentaires sont fermés.