Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2009

L'omelette de la Mère Poulard

FEnseigne La mère Poulard.jpg

 

Cette année, l'auberge de la Mère Poulard sitée au Mont-Saint-Michel fête ses 120 ans ! Fondée à la fin du XIXe siècle, elle doit son nom et sa renommée à sa fondatrice, Annette Poulard née Anne Boutiaut le 16 avril 1851 à Nevers, d’un père Journalier et d’une mère Marchande des Quatre-Saisons. Cette jeune bourguignonne trouve un emploi de femme de chambre chez Edouard Corroyer, architecte en chef des Monuments Historiques, auquel le gouvernement vient de confier en cette année 1872 la restauration de l'abbaye du Mont Saint-Michel dévastée par la Révolution et cinquante années d’affectations régulières aux services pénitentiaires. Il y emmène sa femme, sa fille et sa servante.

Celle-ci, âgée de 21 ans, y fait la connaissance de Victor Poulard, garçon du pays, fils aîné du boulanger, qu’elle épouse à Paris, le 14 janvier 1873. Ils prennent alors à bail l’auberge de « Saint-Michel Tête d’Or », située dans la Grand-Rue du Mont St Michel.

St-Michel Tête d'Or.jpg

La clientèle est des plus réduites : la suppression de la Maison Centrale en 1865 a jeté le désarroi dans la petite ville : plus de prisonniers, plus de garnison, plus de familles venant visiter les détenus, très peu d’amateurs d’art et très peu encore de pèlerins. L’auberge débute donc très modestement. Après la guerre de 1870, le mouvement des pèlerinages va prendre de l’extension. Mais ils ne sont encore à l’époque que quelques poignées à s'aventurer jusqu'au donjon de l'îlot Saint-Michel.  La digue route qui relie le Mont au continent n’existe pas encore et les voyageurs qui arrivent à pied ou à cheval sont tributaires des marées pour traverser la baie. Pour réconforter ses hôtes, Annette Poulard tient en permanence sa grande cheminée allumée. Parce qu’ils arrivent affamés et soucieux d’être servis sans délai,  Annette a l'idée modeste, mais frappée de bons sens, de leur servir des omelettes fumantes et mousseuses dès leur entrée dans l’auberge afin de faire patienter leur appétit. Pendant que les clients prennent place à table, qu’ils se réchauffent à l’âtre, elle casse les œufs, les bâts, et en un tour de main, leur confectionne et leur sert une omelette rosée et baveuse à souhait !

annette Poulard.jpg

Anne Poulard

Au fur et à mesure que grandit l’attrait pour le Mont Saint Michel, grandit la renommée de l’hospitalité et surtout des omelettes de celle qu’on n’appelle plus que la Mère Poulard. Les quelque sept cents recettes qu’elle met au point derrière ses fourneaux lui valent ce surnom, titre honorifique qui distingue les femmes chefs de cuisine les plus talentueuses. «On ne peut se rendre au Mont Saint-Michel sans aller goûter l’omelette » lit-on dans les gazettes parisiennes. Anonymes, hôtes illustres, princes, rois, diplomates, savants, hommes politiques et vedettes se pressent près de l’âtre des Poulard. Georges Clemenceau lui-même restera un de leurs plus fidèles clients et amis.

Lorsque le restaurateur parisien, Robert Viel, écrit à la mère Poulard pour lui demander sa recette, celle-ci lui fait cette réponse :

« Voici la recette de l’omelette : je casse de bons œufs dans une terrine, je les bats bien, je mets un bon morceau de beurre dans la poêle, j’y jette les œufs et je remue constamment. »

Carnets de recette de la Mère Poulard.jpg

Elle insistait toutefois sur le fait « qu’il ne fallait pas lésiner sur le beurre, d’excellente qualité, et surtout jamais le laisser prendre couleur ».

Annette POULARD s'est éteinte le 7 mai 1931. Elle est inhumée avec son mari dans le petit cimetière du Mont St-Michel. Sur leur tombeau est écrit «  Ici reposent Victor et Annette Poulard – Bons époux – Bons hôteliers - Daigne le Seigneur les accueillir comme ils reçurent leurs hôtes ».

Eglise et cimetière du Mt-St-Michel.jpg

 

Le cimetière du Mont-Saint-Michel

 

n.b. : Pour les gourmands aux babines alléchées, voici donc la véritable recette de l’Omelette de la Mère Poulard :

« Battre des œufs très frais (au moins 2 œufs par personne), saler, poivrer légèrement. Mettre dans une poêle au feu un bon morceau de beurre frais sans le laisser roussir. Jeter les œufs battus dans la poêle et remuer constamment sans gratter le fond. Quand les œufs sont pris, ne pas trop cuire l’omelette (1 à 2 minutes maximum). Rouler l’omelette et la déposer sur un plat. La déguster sans tarder ».

 

Commentaires

Très intéressant cet article sur la Mère Poulard. Je m'étais toujours demandé quels ingrédients faisaient la renommée de ses omelettes. La réponse est déconcertante de simplicité : de bons oeufs et du bon beurre.
Cordialement.

Écrit par : Carisma | 18/08/2009

Felicitation, votre note est visiblement et ca se voit, j adhere completement a votre vision des choses.

Écrit par : recette boeuf | 09/02/2010

La photographie du cimétière du Mont provient du site http://www.le-mont-saint-michel.org

Écrit par : Morphé | 03/02/2011

Je vous complimente pour votre critique. c'est un vrai boulot d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.