Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2009

Les années de guerre de mon père - 4ème époque : l'armée "Rhin-Danube"

1945 : La France est libérée à l'exception des provinces de l'Est. Partout, le marché noir est plus florissant que jamais. Mais la période est surtout marquée par l'épuration, le procès des "collabos" et le retour progressif des prisonniers de guerre et des déportés.

Depuis septembre 1944, mon père, Albert-Camille BOULANGÉ (sosa 2), comme plus de 37 000 F.F.I., a intégré la Première Armée Française du Général De Lattre de Tassigny. Celle-ci s'étant regroupée dans la Trouée de Belfort  le temps de réorganiser ses arrières, De Lattre lance, début novembre 1944,  son offensive générale vers Strasbourg, avec le Rhin comme objectif final. Son but : permettre à ses troupes, ainsi qu'à la 7ème armée américaine, de rompre et dépasser les lignes allemandes devant Strasbourg et Mulhouse. Le dispositif qu'il a préparé a reçu l'aval du général de Gaulle, président du Gouvernement provisoire, et du Premier Ministre anglais Sir Winston Churchill.

1945-5.JPG

Ce jour-là à 11 heures 20 exactement, en pleine tempête de neige, l'artillerie française ouvre le feu à la surprise des allemands. La progression est des plus rapides. La 2ème D.I.M., à laquelle appartient le régiment de mon père, libère au prix de combats violents et de lourdes pertes humaines (273 tués et 1287 blessés) dès le 17 novembre les villes d'Héricourt et de Montbéliard et atteignent le territoire de Belfort le lendemain, libéré à son tour dès le 25. La Première Armée franchit le Rhin le 19 novembre 1944 à 18h40. Une immense allégresse saisit la troupe à l'annonce de la nouvelle. Du plus humble soldat au général en chef, chacun éprouve un bouleversement, une sorte d'émoi sacré où l'orgueil se mèle à la joie. "Bravo de tout coeur, écrira De Lattre à ses soldats victorieux, les chars de la 1ère division blindée et du régiment d'infanterie coloniale du Maroc sont entrés les premiers en Alsace ! Quel frémissement d'émotion, quelle fierté, quelle joie !"

C'est un pas de géant dans le processus de libération de notre pays qui vient d'être franchi, mais la lutte n'est pas finie ! Il s'agit maintenant pour De Lattre et son armée d'exploiter la rupture du front allemand pour libérer la Trouée de Belfort et la Haute-Alsace et faire la jonction avec la 2ème D.B. du général Leclerc qui fait route par Saverne vers Strasbourg, ville qu'elle investit le 23 novembre 1944. La jonction entre les deux corps est réalisée dans la région de Burnhaupt encerclant 10 000 soldats allemands. L'objectif maintenant pour les alliés est l'Allemagne et Berlin !

Mais les allemands résistent ! Devant Colmar, la Première Armée Française affronte la 19ème armée allemande placée sous les ordres d'Himmler et appuyée fortement par une Luftwaffe reconstituée. La première offensive, lancée le 7 décembre, piétine devant les violentes contre-attaques ennemies. A bout de souffle et sans renforts, de Lattre décide de se replier. Les pertes humaines sont des plus sévères : 1300 morts, 4500 blessés et 140 disparus ! Le matériel a subi de lourds dommages. Les munitions font défaut. Les troupes sont mises au repos.

1945-4.JPG

Mon père est assis à droite

C'est à ce moment qu'Hitler lance ce qu'il lui reste de troupes dans une dernière offensive dans les Ardennes. L'armée de Leclerc est chargée de riposter tandis que le mauvais temps cloue au sol l'aviation alliée. Strasbourg et l'Alsace sont terriblement menacés.

Le 1er janvier 1945, le général de Gaulle donne l'ordre à de Lattre et à son armée de reprendre à son compte la défense de la ville de Strasbourg. Pendant près de trois semaines, les combats qui s'y déroulent sont des plus éprouvants et des plus meurtriers pour les unités françaises. Mais l'ennemi semble à portée de main et de Lattre veut agir vite. Il faut "liquider" la poche de Colmar pour dégager Strasbourg et lever toute pression allemande à l'ouest du Rhin. Le 20 janvier, l'offensive générale est lancée. Le 25, la ville de Strasbourg est sauvée. Elle fait sonner les cloches de sa cathédrale "pour célébrer la victoire des alliés et le glas du Reich". Malgré le froid intense, les contre-attaques allemandes et des affrontements meurtriers, les combats continuent. La ville de Colmar est, le 2 février 1945, la dernière ville de France a être libérée de l'occupation nazie.

1945-2.JPG

Mon père est au volant de son engin sur le capot duquel est monté un petit chien

Commence alors l'offensive pour atteindre et franchir le Rhin et engager l'ultime étape, la conquête du territoire allemand. Pour cela, les alliés ont rassemblé près de 60 divisions d'infanterie et 24 divisions blindées. Les grandes villes allemandes subissent des bombardements de plus en plus fréquents et meurtriers. La Première Armée attaque dès le 15 mars 1945 entre le Rhin et la forêt de Haguenau. Parvenu au pied de la "ligne Siegfried", l'armée de de Lattre, dont le régiment de mon père, franchit le fleuve et pénètre en Allemagne dans la nuit du 30 au 31 mars 1945.

Les français, triomphants,  poursuivent leur avancée, attaquant de part et d'autre de la Forêt Noire. La 5ème D.B. et la 2ème Division d'Infanterie Marocaine, dans laquelle sert mon père, sont au première ligne. Ils franchissent le Danube le 20 avril 1945. Tout le dispositif de l'armée ennemie s'écroule. A Stuttgart, 20 divisons allemandes défendant la Ruhr sont encerclées et cessent le combat le 25 avril. Trois jours plus tard, Hitler se suicide.

C'est à Karlsruhe, le 24 avril 1945, alors qu'il vient de donner ses ordres pour les combats du lendemain, que le général de Lattre "invente" pour ses soldats, l'armée "Rhin et Danube" : "Il faut que ces garçons gardent sur eux le témoignage de ce qu'ils ont su donner au pays et le signe de ce qu'ils devront continuer à lui donner... Je veux que, par eux, se dissipent les complexes de résignation et d'abandon dont nous avons trop souffert... Ceux qui ont appartenu à la Première Armée Française, à l'armée "Rhin et Danube" !"

ATTEST RHIN DANUBE.JPG

L'attestation de droit au port de l'insigne "Rhin et Danube" délivrée à mon père

Pour que son idée soit immédiatement réalité, il fait exécuter un blason où s'unissent les armes de la ville de Colmar - écu vert et rouge frappé d'une masse d'armes. L'association "Rhin et Danube" sera officiellement créée en août 1946.

BLASON 3.JPG

Ecusson porté par mon père

Et la Première Armée Française poursuit son avance. Elle entre en Autriche le 29 avril et progresse jusqu'au Tyrol au col d'Arlberg, avant d'être arrêtée par la capitulation allemande signée le 7 mai 1945 à Reims.

1945-1.JPG

Mon père est à droite

Le 9, le général de Lattre signe à Berlin,  au nom de la France, aux côtés des alliés, l'acte de capitulation de l'Allemagne nazie.

1945-3.JPG

Mon père imagine son retour...

Commentaires

Avez-vous par hasard des noms de copains de votre père.
Je pense que le mien devait être là aussi:Maurice GIBERT de Langogne en Lozère.
merci de votre réponse

Écrit par : gibert eliane | 28/09/2009

Bonjour,
J'ai parcouru avec intérêt vos pages. J'effectue depuis peu un travail de mémoire afin de transmettre aux enfants et petits enfants nos racines, même si nous n'avons parfois que quelques minces radicelles. Je suis cauchois par mon père, lequel a occupé le sud de l'Allemagne (Constance) à partir du 8 mai 45 au sein de la 14ème DI. De la guerre, "sa guerre", je retiens l'encerclement de Saint Valéry en Caux en 1940, à environ dix kilomètres de chez nous ou encore les réquisitions du STO pour la construction des bases de V1... J'associe ainsi l'histoire de la famille paternelle aux contextes historique, sociologique, économique et culturelle de la fin des années trente pour arriver à celles de mon enfance. C'est riche, passionnant et rassurant de constater que la mémoire, c'est merveilleux pour qui veut la solliciter.
Je suis un petit peu généalogiste (voir geneanet "jememaillet"). Encore bravo pour ce travail intéressant et riche d'illustrations. Un hymne à la haute Normandie!

Jean Marie Maillet.

Écrit par : Jean Marie MAILLET | 20/11/2009

bonjour
Vous parlez de la 5ème DB - Mon père en faisait partie- il a été blessé au village de Bretagne (territoire de Belfort)- Son copain par contre y est dé&cédé. Il a gardé la photo de celui-ci toute sa vie dans son portefeuille., malheureuement j'ignore son nom , je n'ai que cette photo. Je regrette tellement qu'il n'ai pas voulu en parler. Mon père est décédé en 2006- il était reconu anciens combattant et mutilé de guerre. Si vous avez des photos, mettez les, ce srait sympa qu'on puisse identifier ces soldats.
Merci

Écrit par : fiorino | 31/10/2010

mon oncle etait aussi de la 5EME DB du 5eme escadron de reparation il a ete tue sur son char le 23 novembre 1945 je recherche toujours a savoir si quelqu'un la connu son nom etait Ettienne charlot

Écrit par : etiennette | 01/02/2011

erreur ce n'est pas en 1945 qu'il a ete tue mais en 1944

Écrit par : etiennette | 01/02/2011

Bonjour,
Comme je l'ai expliqué mon père ne nous a jamais parlé de cette époque, trop de souvenirs douloureux sûrement.
Aussi, ne puis-je vous venir en aide. Désolée...
Cordialement à vous

Écrit par : Cathy | 02/02/2011

bjr mon pére mr Foulonneau gilbert etait a saigon dans le regiment rhin et danube jai son album photos fait a saigon il etait au 1er bataillon douvriers au service matériel 1e cm jaimerai retrouver des papiers ou personnes qui etait sur saigon et qui lon connue

Écrit par : foulonneau | 01/07/2011

Bonjour, j'espère sincèrement que votre page est encore d'actualité. Cela fait 6 jours que je me passionne pour la généalogie de ma famille.
Ma grand-mère disait toujours que mon grand-père aurait dû avoir l'insigne Rhin et Danube mais que l'attestation avait été égarée ou détruite.
Je viens de retrouver une photographie de cette attestation et me demande s'il est encore possible de faire une demande pour récupérer cet insigne...
Je ne sais pas comment se passe ces démarches...
Merci de me donner une réponse quelle qu'elle soit..
Merci infiniment

gaelle.desloges@gmail.com

Écrit par : Gaëlle | 05/03/2014

Bonjour Gaëlle et bienvenue dans la grande famille des généalogistes amateurs !
Je me sens bien impuissante à vous conseiller : peut être pourriez-vous vous renseigner auprès d'un service de préfecture ?
Bonne continuation à vous et au plaisir de vous retrouver sur l'une des pages de mon blog.
Cathy

Écrit par : Cathy | 06/03/2014

mon pére était a saigon jai son album photos de lindochine il était dans la section rhin et danube ! mon pére était de loire atlantique 44 son nom GILBERT FOULONNEAU

Écrit par : foulonneau | 09/05/2014

Écrire un commentaire