Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2009

L'if normand, familier et énigmatique

Avez-vous remarqué ces ifs majestueux que l’on rencontre souvent chez nous, en Normandie, près des églises de campagne ou des cimetières ?

L’origine de leur présence  est des plus lointaines, à l'époque où les Celtes peuplent notre belle province.  Pour eux, l’if est un arbre sacré, à la fois symbole de l’immortalité  (sa longévité peut dépasser 2000 ans !) et de la mort, ce qui peut paraître contradictoire si l’on ignore leur croyance en l’immortalité de l’âme. En effet, ils pensent qu'à sa mort, l’homme part en direction de l’ouest, comme le soleil couchant, et s’installe sur des îles sacrées, en attendant que vienne l’heure de renaître dans un autre corps. L’if concrétise le souvenir envers celui qui est parti pour l’autre vie, et c’est vraisemblablement pour cela qu’ils le plantent près de leurs cimetières.

Les premiers missionnaires de la religion catholique naissante, désireux d’évangéliser ce peuple païen, vont, devant les manifestations d’hostilité qu’ils rencontrent, non pas détruire mais christianiser leurs objets de vénérations. C’est ainsi que les ifs vont recevoir statues et autres crucifix. Comme beaucoup étaient très vieux, le tronc bien creusé, la chose était aisée !

Les ifs deviennent ainsi des sanctuaires dédiés soit à la Vierge soit aux saints. C'est le cas des deux ifs de La-Haye-de-Routot, en forêt de Brotonne, deux géants, l'un de 16 mètres de circonférence et l'autre de 14 mètres, qui abritent le premier une chapelle et l'autre un oratoire.

 

IF.jpg

 

C’est alors que les Saxons envahissent la Normandie, beaucoup plus fertile que leurs landes de Basse-Saxe. Heureusement, ils accordent à l’if la même grande importance symbolique.

Puis arrivent les Vikings ! Dans la religion scandinave, l’if et le frêne sont deux arbres majeurs : avec l’if, on fabrique les arcs, avec le frêne, les flèches ! Rolf le marcheur, devenu Rollon puis Robert 1er, premier duc de Normandie, transforme les farouches guerriers qui ont fait trembler le pays en paysans laborieux, désireux de s’intégrer définitivement sur ces terres si riches. L’if, comme gardien du domaine des morts, est sans doute le seul point commun entre leur religion et le christianisme. Et c’est ainsi que non seulement ces arbres vont être sauvegardés mais d’autres vont être plantés à côté des églises en cours de reconstruction

Comme on sait depuis longtemps que cet arbre est toxique, le plus toxique actuellement connu, notamment pour les animaux (des chevaux de corbillard, ont payé de leur vie, le fait d’y avoir goûté), on se sert de sa présence près des églises et des cimetières pour éloigner de ces lieux sacrés le bétail mais aussi les bêtes sauvages susceptibles de déterrer des cadavres pour s’en nourrir.

On pense aussi qu’il assainit l’air par l’absorption des miasmes malsains dus à la décomposition des corps. Le dimanche, après la messe, les fidèles, c’est-à-dire alors pratiquement toute la population, prennent l’habitude de ses réunir sous l’if afin de bavarder, mais aussi de recevoir des communications officielles, de voir la justice rendue.

 

IF 2.jpg

La guerre de cent ans sera cruelle pour les ifs, car pour fabriquer les arcs, on va beaucoup en abattre. Ces arcs extraordinaires, les meilleurs du monde, comptaient pourtant un ennemi, le rat, pour qui ses cordes graissées étaient un véritable régal.

 

Aujourd’hui hélàs, en Normandie comme ailleurs, l’if est rare à l’état naturel. C’est actuellement en France une espèce protégée. Son bois, très prisé des ébénistes, facteurs d’arcs et luthiers, est imputrescible, à la fois robuste et souple, aux qualités acoustiques exceptionnelles et très recherché en marqueterie.

Commentaires

Décidément... encore un autre texte inspiré directement de celui que j'avais écrit pour l'almanach du Normand 2007 : "L'if normand, familier et énigmatique"... Même titre... Le reste a été un peu modifié.
Je ne suis pas contre encore une fois... mais vous pouvez citer vos sources...
Merci d'avance pour moi et ceux qui sont dans mon cas.
Cordialement,
Gérard Nédellec

Écrit par : Nédellec Gérard | 19/11/2010

Vous avez entièrement raison : mes sources sont diverses et parmi elles figure l'Almanach du Normand bien sûr ! On y trouve des sujets très intéressants et je vous félicite d'y avoir contribué. Bien sûr, je suis impardonnable de ne pas les citer et je vous promets à l'avenir de me corriger ! Cordialement

Écrit par : Cathy | 19/11/2010

Les commentaires sont fermés.