Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2008

Albert BENARD, Mort pour la France

ALBERT BENARD.JPG« La tragédie de la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin » André MALRAUX

 

Albert BENARD, mon grand-oncle, frère de ma grand-mère Blanche (sosa 5) a été « tué à l’ennemi », le 2 octobre 1915 à Tahure (Marne).

Troisième enfant de la famille et second fils, il venait d’avoir 21 ans.

Il avait été recruté dans l’armée en 1914, l’année de ses 20 ans. A cette époque, la loi imposait à tous les hommes français valides un service personnel, égal et obligatoire, d’une durée de deux ans, portée à trois ans en 1913. Après le conseil de révision au printemps 1914, mon grand-oncle avait reçu au mois de septembre suivant sa feuille de route et rejoint son affectation le mois d’après.

 Seconde-Classe, il appartenait au 51ème Régiment d'Infanterie basé à Mourmelon-le-Grand (Marne), régiment qui avait pour devise « Plus est en nous ».

 

Un an plus tard, presque jour pour jour, il mourait au front à Tahure, petit village de 185 âmes, se trouvant dans le nord-est du département de la Marne, entre Reims et Verdun, aujourd’hui totalement disparu du fait de l’intensité des combats qui s’y déroulèrent et le dévastèrent.

 

MEDAILLE.JPG

 

« Mort pour la France », mon grand-oncle repose au côté de 2297 autres soldats tués au cours de ces combats,  dans la Nécropole Nationale du Mont-Frenet de La Cheppe (Marne).

Commentaires

Par le plus grand des hasards, votre grand-oncle serait-il mort à cause d'une grenade lâchée dans la tranchée par un de ses camarades de combat ?

Écrit par : OLë | 29/05/2014

Les commentaires sont fermés.